Présentation du projet ADNHF

Le Projet ADN Héritage français s’adresse à tous ceux qui pensent avoir des ancêtres français, mêmes lointains.
Le terme français est utilisé dans son sens de région linguistique francophone, incluant la France et ses territoires, la Wallonie, la Suisse, voire l’Allemagne. Notre projet accueille volontiers tous ceux qui croient que leurs ancêtres furent des Gaulois.

 

Français? Canadien? Antillais? Québécois? Acadien? Cajun? Mestis? Francesquoi? Franco-Américain? Wallon? Suisse? Haitien? Franco-Africain?Vos racines lointaines, même partielles, sont en France?

Que vous soyez un vrai ou un métissé français?

Nous vous souhaitons la BIENVENUE!

 

 

 

Alors si vous êtes de France, des anciennes colonies, du Canada français, d’Acadie ou encore que vous soyez Métis, Cajun, Créole ou que parmi vos ancêtres il y en fut de souche française, wallonne, suisse romane ou franco-germanique, alors vous êtes concerné-e par le présent projet et êtes invité-e à y adhérer.

Ce projet est dédié aux centaines d’ancêtres fondateurs qui sont partis d’Europe francophone au 17e siècle pour y fonder des colonies à travers le monde et particulièrement en terre d’Amérique. Nous qui avons souvent l’honneur de porter un nom de famille français le devons à ces vaillants et fiers colons et à leurs descendants. Il y a aussi ces femmes valeureuses qui ne nous ont pas laissé leur nom de famille parce que ce n’était pas l’usage culturel, mais qui nous ont laissé leurs gènes et leur amour maternel. Le présent projet leur est donc tout autant dédié, et il tentera de les retrouver en suivant les traces de l’ADN mitochondrial (ADN-mt) qu’elles ont au cours des générations successives transmis de mère en fille, et de mère à enfants des deux sexes.

Le projet ADN Héritage Français (ADNHF) existe maintenant depuis mai 2005 et compte plus de 6,000 adhérents, des nord-américains d’origine française, d’origine belge, suisse, canadienne-française, québécoise, acadienne, cajun, métis, antillais, des français de France ainsi que d’autres participants qui se réclament de souche française, même lointaine.

D’autres découvrent par l’ADN autosomique qu’ils ont des origines françaises  et se joignent alors à nous.

Plus nous serons nombreux, plus nous aurons de chances de trouver des apparentés, même lointains. Il sera aussi possible éventuellement pour certains, en particulier les descendants de canadiens-français en Amérique, de retrouver des cousins européens et de compléter leur généalogie en Europe.