Critères à satisfaire pour participer au présent projet

Toute personne qui pense avoir des ancêtres français, qu’elle soit française de souche, canadienne-française, acadienne, cajun, métis ou créole, peu importe où elle réside, peut s’inscrire au  » Projet ADN d’Héritage français « . Cela s’applique autant à ceux et celles qui portent un nom d’origine française ou encore une variante, qu’aux femmes et aux hommes qui ne portent pas actuellement un nom de cette origine, mais qui ont eu ou croient avoir eu des ancêtres qui en portaient un.

Participation des hommes
L’objectif premier de ce projet est d’identifier les signatures génétiques de nos ancêtres français les plus anciens que nous connaissons en testant l’ADN de leurs descendants présumés. Nous espérons ainsi fournir aux générations qui suivront des signatures valides pour ces ancêtres. Si vous pensez être un descendant masculin de l’un de ces ancêtres fondateurs français, nous vous invitons à vous joindre au présent projet.
Nos résultats d’analyse ADN, une fois placés dans une base de données serviront de point de comparaison à d’autres personnes présumées parentes, qu’elles portent ou non le même nom de famille ou une variante ou encore un nom « dit » dérivé.
Les femmes possédant un nom français, de même que les hommes de lignée maternelle française, pourront faire cette comparaison en obtenant la participation de parents de sexe masculin qui portent le même nom de famille que celui de l’ADN qui servira à la comparaison.
Le chromosome Y mâle de notre lignée paternelle se trouve à être transmis intégralement de père en fils au cours des générations successives, sauf en ce qui concerne de légères mutations qui se produisent rarement, à tous les 200 ans (6-7 générations) en moyenne par marqueur. Le test ADN de notre chromosome Y fournira une empreinte génétique singulière. Puisque le chromosome Y a été intégralement transmis jusqu’à nous depuis l’ancêtre le plus ancien, les résultats d’analyse de notre ADN-Y (ou dans un test vicariant, celui de notre père, de notre frère, oncle paternel ou cousin germain du côté paternel) constitueront l’empreinte génétique de ce lointain ancêtre, en autant bien sûr que la lignée n’a pas été interrompue par l’adoption ou un «événement non parental», une adoption, une incorporation, une infidélité, &c.
Cette empreinte génétique se présentera sous la forme de 12, 25 ou 37 nombres, selon le nombre de marqueurs choisis. En comparant notre empreinte génétique à celles d’autres possédant notre nom de famille ou une variante, nous sommes en mesure de connaître notre degré probable de parenté avec ceux-ci.

Participation des femmes
Nous encourageons fortement les femmes à soumettre leurs résultats d’ADN-mt, pourvu qu’elles croient avoir une ancêtre d’origine française dans leur ascendance maternelle et qu’elles puissent produire une liste des mères aussi complète que possible.
Le présent projet accepte aussi bien entendu les résultats des tests d’ADN-mt provenant d’hommes. À l’aide des résultats de tests ADN-mt à la fois d’hommes et de femmes il sera possible, entre autres, d’établir un répertoire de signatures ADN-mt de Filles du Roi.
Les femmes peuvent aussi participer au projet ADN-Y en demandant à un homme de leur parenté, frère, père, cousin, oncle de fournir l’échantillon d’ADN à leur place.